Les stress – Quoi? Comment?

Ah quel vaste sujet que le stress! C’est un des poisons les plus sournois et les plus répandus dans le monde. Sournois parce que beaucoup de monde en est affecté et ça ne se voit pas ou peu de l’extérieur. Quand on en parle, c’est même tabou voire signe de faiblesse et de critiques de la part de son entourage. Quel hypocrisie!

Je voudrais évoquer dans cet article ce que je pense que c’est et quelles solutions pourraient être envisageables pour le réduire ou même le supprimer.

Bien que nous l’utilisons plus fréquemment en anglais, le  »stress » est un terme qui signifie  »tension ».

Quand on parle du stress, tout d’abord il faut préciser qu’il en existe au moins deux sortes.

Le bon stress

Eh oui, y’en a du bon!

Le bon stress (appelé eustress) est en fait une source de motivation pour avancer dans la vie, nous faire grandir. Par exemple, les sportifs, lors d’un match de hockey, une compétition de course à pieds ou les artistes avant d’entrer en scène ressentent un stress qui les motive, qui leur demande d’avancer, de se dépasser pour atteindre leur objectif et donner le meilleur d’eux-mêmes afin de performer et de gagner. Ça c’est du stress positif.

 

Et puis, il y a le mauvais stress

Je sais de quoi je parle avec celui là aussi.

C’est le stress (distress) que nous pouvons ressentir souvent au travail, le manque de motivation pour se lever et aller travailler, on croit devoir faire des choses qui nous tentent pas.

Devoir rendre plusieurs dossiers au bureau, payer les factures, s’occuper des enfants, … Également quand on veut trop de choses pour les autres et qu’on veut tout contrôler, ça nous cause du stress parce qu’on veut le mieux pour les autres, mais que les autres ne suivent pas nos conseils, notre vision.

Tout ce stress s’empile dans plusieurs sphères de nos vies. Cette accumulation de pleins de petits stress est dû à plusieurs facteurs, mais le principal, que je pense être, est l’écart qu’on sent entre ce qu’on vit dans le moment où on vit ce stress et ce qu’on sait ce qui est bon pour nous ou ce dont on voudrait.

Effectivement, par exemple, si nous devons rendre un dossier important au bureau et qu’il nous manque (comme souvent) de temps, on est stressé. On préférerait avoir plus de temps pour le faire, plus de ressources ou tout simplement faire autre chose qui nous ferait plus plaisir (sport, musique, sortie dans la nature, vacances). Quand on y pense, ce qui est très fort, c’est que tout cette pression est purement mentale.

C’est une guerre personnelle, intérieure entre ce que nous voulons avoir ou être et ce qui est dans notre réalité présente.

Pour réduire voire supprimer le stress, il existe plusieurs façons de le faire (simple mais pas toujours facile à appliquer) :

1 – Méditer, auto-suggestion positive

Pour calmer le hamster qui tourne, tourne et tourne dans la cage mentale et donc apaiser les pensées, pourquoi ne pas se prendre 5 minutes pour respirer profondément par le ventre, les yeux fermés et se concentrer tout simplement sur l’air qui rentre par le nez et en ressort en prenant conscience de la température légèrement différente entre l’entrée et la sortie du corps, et ne faire que ça durant ces quelques précieux instants.

Comme on a tendance à se laisser emporter par nos pensées, pour réduire ce stress, autant reprendre notre contrôle sur celui-ci et le guider vers ce qui serait plus bénéfique pour nous. Le passé est passé et le futur n’existe pas encore. En prenant ces quelques minutes quotidiennes, j’en profite pour m’imaginer pour de vrai ce qui me plairait de vivre plutôt que ce qui ne me plairait pas.

2 – La cohérence cardiaque

Nous avons trop tendance à respirer superficiellement, ce qui implique une oxygénation limitée du cerveau et du corps. La première chose que l’être humain fait quand il naît, est de prendre une profonde inspiration (Ensuite il cri, mais ce n’est pas le propos, hehe!).

Avec le temps, nous oublions de respirer correctement. La cohérence cardiaque est un exercice facile de 3 minutes qui vous accompagne dans votre respiration. Durant ces 3 minutes, vous ferez 18 respirations totales. Inspirez durant 5 secondes, expirez durant 5 secondes et recommencez. Cet exercice tout simple vous permet de lier le cœur et le cerveau limbique, siège des émotions. En calmant ce partie du cerveau, les émotions sont apaisées, le cœur bat plus lentement, on est plus calme et c’est ce qu’on veut. Le reste suivra.

3 –  Prendre quelques minutes pour savoir ce qu’on veut vraiment

Il faut faire un choix entre les 2 états pour ne plus être stressé (vivre ce stress et ne plus le vivre). Ce qui est stressant n’est pas de prendre la décision, ce qui est difficile et stressant c’est de ne pas la prendre justement. C’est donc quand on ne choisit pas et qu’on est en conflit entre les 2 possibilités, qu’on vit du stress. À partir du moment où la décision est prise, accepter ce qui est (pas forcément être d’accord avec ce qui est) et agir en conséquence.

4 -Accepter ce qui est.

Accepter ne veut pas dire être d’accord. Quand on souhaite quelque chose qu’on croit être bénéfique quelqu’un et que ce quelqu’un ne suit pas ce qu’on lui propose (ou on veut lui imposer) on ressent inévitablement du stress, de la frustration, … Or, nous ne sommes pas ce quelqu’un. Cette personne a des choses à vivre que nous ne pouvons pas vivre à sa place. On en a assez à faire avec nos propres histoires. Même si on n’est pas d’accord avec ses choix, on a à accepter ce qui est et vivre avec. C’est une décision personnelle à prendre.

5 -Faire le nécessaire pour changer le mauvais stress par le bon stress.

Quand en on en prend conscience, le stress n’est que des pensées.

Plutôt que de mettre autant d’énergie dans le stress et dans ce qu’on ne veut pas, autant mettre cette énergie vers ce qu’on veut et donc dans l’action de la réalisation de nos projets et de ce qu’on veut.

Vous allez me dire:  »Oui, c’est facile à dire, mais pas à faire! ». Ok, je comprends, cependant, toute l’énergie orientée vers ce qu’on  ne veut pas est tout de même de notre énergie qui nous épuise inutilement. Si la situation personnelle ne nous convient pas, agissons pour la changer. Organisons-nous différemment, rencontrons des gens d’expérience, osons faire des choses nouvelles. Bougeons!

6 -Mieux manger.

Je ne le dirai jamais assez, l’alimentation saine est le carburant pour notre corps, comme l’air dans nos poumons ou les pensées sur notre état d’esprit.

Nous ne sommes pas des êtres partitionnés, en morceaux. Nous formons un tout  global et l’alimentation fait partie de ce tout. Je me suis rendu compte, qu’en mangeant plus sainement, je me sentais moins stressé, plus apaisé et détendu. En prenant conscience de ce que je mangeais, je me suis aperçu que ce que j’avais l’habitude d’absorber était néfaste et lourd pour mon corps. C’est sûr qu’en regardant les ingrédients des produits que je mangeais, il y a avait bien souvent plus de produits chimiques (colorants, édulcorants, conservateurs, …) que de produits naturels. Comment le corps peut-il traiter avec des produits peu ou pas nutritifs? Je ne suis pas médecin. Mais maintenant je prends le temps de regarder les étiquettes, et lorsque je vois une étiquette avec plus d’ingrédients en -ate, -bène, -fite, -ium, avec pleins de  »x », de  »y », dans les mots, je me dis: »Humm, Si je mange ça, c’est peut-être bon au goût, mais est-ce vraiment bon pour mon corps? » Pas sûr! Alors je n’en prends pas. C’est simple. mais pas facile au début. Ensuite, l’habitude change et tout est plus facile.

7 -Faire du sport.

Vous l’avez compris, le sport est un exutoire vraiment efficace. L’activité physique fait circuler le sang, fait évacuer les toxines, oxygène le corps, le cœur  et l’esprit, et donc apaise le mental et réduit le stress. C’est primordial que le corps bouge d’une façon ou d’une autre. En apaisant le corps, la tête est aussi apaisée. Vous aurez même plus d’énergie, des idées nouvelles et pleins d’autres avantages.

Vaincre ce mauvais stress fait partie de la vie, de notre cheminement afin de devenir des personnes plus en forme et en meilleure santé mentale et physique par la même occasion. Ce parcours vaut vraiment la peine d’être emprunté. Atténuer voire supprimer ce stress négatif vous aidera à développer plus de sérénité, plus de créativité, plus de motivation.

La liste peut être vraiment très longue, mais je préfère m’arrêter là pour le moment.

Et vous que faites-vous pour vaincre cet état d’esprit négatif?

Les stress – Quoi? Comment?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *