Comment s’entraîner si on n’est pas motivé?

Ça arrive parfois (souvent surtout au début) que la motivation baisse avec le temps. Les premiers temps, nous sommes hyper motivés:  »C’est sûr que je vais faire du sport au moins 3 fois par semaine, je vais même en faire 4, …. ». C’est souvent la motivation des résolutions de la nouvelle année. Puis au bout de quelques semaines, ou mois pour les plus persévérants, Oh surprise! On trouve toutes sortes d’excuses pour ne plus y aller.  »Pas le temps! »,  »Je le sens pas aujourd’hui »,  »Il pleut »,  »il  neige »,  »il fait trop chaud » ou  »Y’a un bon film à la télé », …

Pourtant, j’utilise des contre-arguments à ces pseudo-arguments de l’excusite aiguë.

Voici 9 raisons qui me poussent à aller m’entraîner.

1 – Je décide d’aller m’entraîner

Tout d’abord, je décide d’aller m’entraîner. La veille, je regarde et je décide clairement intérieurement d’y aller. Ça permet de préparer son inconscient à se mobiliser soi et son environnement. Le jour, je suis préparé mentalement à y aller. L’idéal pour moi est d’y aller le matin de bonne heure, comme ça, je sais que c’est fait, j’ai tous les bénéfices d’y avoir été le matin, et je n’ai plus à y penser pour le reste de la journée.

2 – Je planifie ma séance dans mon horaire

Ensuite, j’ai planifié ce moment important pour moi dans mon agenda, dans la plage horaire spécifique pour que je puisse m’organiser. Je planifie ce moment à l’avance dans ma semaine, et je respecte mes engagements envers moi-même.

 3 – Je prépare mon sac la veille

Je prépare mon sac de sport la veille et le met à la porte de la maison. Je n’ai pas à me demander ce que j’ai à y mettre. C’est automatique, je le prends et je pars.

4 – Je me souviens des avantages

Je me souviens des bénéfices, des sensations agréables pendant et après l’entrainement. En se souvenant de ce que ça m’apporte, je suis motivé à y aller. Je sais très bien que les premières minutes sont les plus délicates à traverser. Ce sont ces quelques instants qui sont les plus difficiles à passer. un peu comme un surfer qui doit passer la barrière des vagues avant d’arriver à son terrain de jeu: l’océan.

5 – Je m’engage auprès des gens

J’affirme  à mes proches que je vais m’entraîner le lendemain. Le fait de le dire, nous engage à respecter notre parole. C’est plus difficile à dire,  »Bah en fait je n’ai pas été parce que… » que de dire  »je me suis levé de bonne heure et j’ai été m’entraîner ». C’est une grande fierté que de prouver à soi et aux autres qu’on a qu’une parole et qu’on la respecte. Ça prouve aussi que les gens peuvent compter sur nous.

6 – Avoir un partenaire d’entrainement

Tout comme affirmer à son entourage que vous allez faire votre sport favori, avoir un partenaire d’entrainement peut vous aider à vous encourager à maintenir votre rythme. Si vous le planifiez dans votre horaire à tous les 2, vous vous engagez à respecter ce temps si précieux. Et vous imposer une pénalité financière en cas d’annulation.

7 – Après l’effort, le réconfort

J’apprécie plus les douceurs que je m’accorde comme le  »chocolat (noir et bio) » une fois que j’ai dépensé de l’énergie. Je ne me sens pas coupable, au contraire, je me sens bien avec ça et ça me fait plaisir.

8 – Changement d’intérêt

À la longue, je me rends compte que ce n’est plus une habitude, ça devient un style de vie. Les entraînements font partie intégrante de ma vie maintenant. Je ne peux plus m’en passer. Même durant une semaine de vacances passées dans le Sud, à Cuba, j’ai trouvé le moyen de m’entraîner 4 fois. Ce n’est plus un effort, ça fait parti de moi. Certains boivent un verre en rentrant chez eux le soir ou allume la télévision, ça fait partie de leur routine. La mienne est d’aller suer soit partir courir soit aller à la salle de gym.

9 – Pourquoi je le fais déjà?

Et puis et surtout, en se souvenant pourquoi on veut prendre sa vie en main. Quel est l’objectif qu’on s’est fixé? D’où l’importance de vraiment avoir pris le temps d’avoir réfléchis aux raisons essentielles du  »pourquoi » on a décidé de s’engager vers cette voie, vers ce changement. C’est la ligne directrice majeure, un peu comme le capitaine d’un bateau qui doit affronter les vents et marrées pour aller coûte que coûte vers sa destination. En fait pour vous, les vents et marrées sont en vous-mêmes. L’effort en vaut la chandelle.

 

Le parcours est tout aussi important que la destination. Le simple fait de se sentir bien avec l’activité physique choisie, la régularité, le maintien d’un objectif qui nous tient à cœur et de le faire vous apportera de grands bienfaits dans votre corps, votre tête et votre cœur.

Et vous, quelles sont les raisons qui vous poussent à continuer vers votre destination?

 

Comment s’entraîner si on n’est pas motivé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *